La barbe ou la fourche ?

On ne vous apprendra rien en énonçant le fait qu’aujourd’hui nous sommes le samedi 24 décembre 2011. Et donc, qu’est-ce qu’on fait aujourd’hui ? Eh bien, soit on bosse et on ne sait plus où donner de la tête, soit on est déjà aux fourneaux pour le réveillon de ce soir tout en fourrant les gosses devant un film mièvre pour avoir le champ libre. On subit du Tino Rossi ou du Frank Sinatra sur les marchés de Noël ou dans son propre salon pour faire plaisir à mémé – musique tellement mielleuse qu’en découle quelque chose de vaguement malsain. Faites gaffe, à minuit, votre grand-mère pourrait se muer en ça :

Vous êtes peut-être aussi en train d’arpenter fébrilement les rues commerçantes ou les allées bondées des centres commerciaux à la recherche des derniers cadeaux pour la grande tante qui finalement, viendra ce soir. C’est en tout cas le lot de toutes celles et tous ceux qui fêtent Noël. Les autres connaissent certainement le même type de temps fort (et quelque peu relou à un moment ou à un autre) à d’autres occasions de l’année. Temps social fort, temps urbain nappé de sucre glace et de calories festives. En période de Noël, la ville commence à grossir un peu avant vous : elle de foule, vous de joules.

De son côté, Microtokyo ne brille certes pas par son omniprésence sur le web depuis un mois, mais tient tout de même à vous souhaiter à vous toutes et vous tous, lectrices et lecteurs affairé(e)s, fêtant Noël ou pas, une super fin d’année avec vos proches et présentement, un joyeux No-Hell. No-hell ? Oui, l’absence de galères et plus encore, un état le proche possible de la vie folle. Deux choses :  un bon coup d’pied au cul du Père Noël pour l’aider à descendre plus vite la cheminée (on veut nos cadeaux !) ; Et surtout, réveillon(s) (de) la Bête qui sommeille en nous !

Entre la préparation des toasts et de la dinde, cette carte faite rien que pour vous !

About microtokyo